Coopération environnementale internationale

La Laudato Si et la coopération environnementale internationale dans les eaux et les forêts


Dans l’encyclique, Francisco montre comment « le souci de la nature, la justice pour les pauvres, l’engagement pour la société et la paix intérieure sont indissociables » (LS10). Et tout au long de cela, il montre à quel point les plus pauvres sont ceux qui subissent les effets de la dégradation de l’environnement, soit par «l’exposition aux polluants atmosphériques produit un large éventail d’effets sur la santé, en particulier pour les plus pauvres, causant des millions de morts prématuré « (LS10), pour vivre dans » des lieux particulièrement touchés par les phénomènes de réchauffement et dont les moyens de subsistance dépendent fortement des réserves naturelles et des services écosystémiques, tels que l’agriculture, la pêche et les ressources forestières « (LS25 ) et surtout en raison «d’un problème particulièrement grave, celui de la qualité de l’eau disponible pour les pauvres, qui provoque de nombreux décès chaque jour. Les maladies d’origine hydrique sont fréquentes parmi les pauvres, notamment celles causées par des microorganismes et des substances chimiques. La diarrhée et le choléra, liés à des services d’hygiène insuffisants et à un approvisionnement en eau insuffisant, constituent un facteur important de souffrance et de mortalité infantile ».

Les pauvres sont les principales victimes «de la culture du rejet, qui affecte à la fois les êtres humains exclus et les objets qui deviennent rapidement des déchets» (LS22). Pour cette raison, la Fondation envisage également de jouer le rôle d’organisme international de coopération environnementale afin de développer des projets concrets liés, entre autres, au traitement et à l’approvisionnement en eau, à la fourniture d’énergies renouvelables, à l’aménagement paysager, au développement rural et à l’urbanisation ou au changement. le climat dans les zones pauvres où ils sont le plus nécessaires, car « les pires impacts toucheront probablement les pays en développement dans les décennies à venir » (LS 172).